L’assurance de crédit ou rachat de crédits.

Le saviez vous ? Au moment de finaliser votre demande de credit ou de rachat de credit, la banque qui vous avancera l’argent vous demandera une assurance, bien que non obligatoire, cela securise l’organisme de pret et sans cette assurance il est possible que l’operation n’arrive pas a sont terme. La banque peut alors vous proposer son propre organisme d’assurance de prêt, mais celui ci est souvent bien plus chere que des organismes indépendants. Notre formulaire vous offre la possibilité comparer les differentes offres du marché.

Le saviez vous ? Vous avez la possibilité de changé d’organisme d’assurance meme une fois votre pret ou regroupement de pret réaliser et cela 1 an apres la signature de votre contrat. Realisez ainsi de belles economies !

Assuré(s)

Emprunteur

Avez vous un Co-emprunteur/conjoint(e) ?

Co-emprunteur ou conjoint(e)
Vos coordoonnées
Autres infos
Détails des prêts
%
%
%
%
%
%
%
%
%
%
Commentaires

Vos données concernant cette demande sont transférées de manière confidentielle.

assuarnce de pret

La plupart des banques et autres organismes financiers exigent des garanties de la part de leur client, avant d’octroyer un crédit. Bien que ce ne soit pas une obligation légale, il arrive que la souscription soit réclamée avant tout octroi d’emprunt. Pendant une période prolongée, certaines banques ont poussé la pratique jusqu’à conditionner l’octroi de crédit avec la souscription d’une assurance de leur choix. Ce qui a été dénoncé et rectifié par la Loi Lagarde.

Les principes de l’assurance emprunteur.

assureur

En souscrivant une assurance emprunteur, le client fournit la garantie que son emprunt sera remboursé en totalité. C’est le montant, objet de l’emprunt, qui est couvert. Concrètement, le client va payer à l’assureur une prime. Celle-ci sera majorée de quelques frais supplémentaires, notamment pour la garantie et les frais de gestion. Cela étant, l’assureur interviendra pour rembourser la banque dans des cas précis, spécifiés clairement dans le contrat. Il s’agit notamment de la survenue d’événements tels que le débiteur ne peut plus rembourser l`organisme preteur.
Les cas les plus courants sont l’invalidité totale ou partielle, le chômage, et parfois le décès du débiteur. Cette assurance profite donc aussi bien à la banque qu’au débiteur et à sa famille. Si en effet celui-ci devait décéder, ses héritiers n’auraient pas à rembourser l’emprunt, puisque c’est à l’assureur de le faire.

L’assurance collective.

Lorsque le banquier propose une assurance emprunteur en même temps que l’octroi du crédit, l’on parle d’assurance crédit collective. Il s’agit effectivement d’une assurance globale conclu en prévision de garantir tous les crédits qu’elle va fournir. Les clauses sont donc, d’une certaine manière, établies de façon standard, quel que soit le profil du débiteur.

Ainsi que nous l’avons mentionné précédemment, la souscription a souvent été posée par les établissements de créances comme une condition à l’octroi de prêt. Cette pratique est pourtant interdite, et la Loi Lagarde a pointé du doigt les établissements qui s’y adonnaient. Certes, l’obtention de garantie est incontournable pour l’établissement préteur. Cependant, il ne peut obliger ses clients de s’assurer a un organisme tiers et independant (souvent moins chere).

L’assurance individuelle.

La Loi Lagarde a donc établi de manière légale les marges de liberté du débiteur tout en maintenant le principe de garanties. Les banquiers ont donc l’obligation d’informer le client sur la possibilité de choisir son propre organisme. Les établissements financiers sont donc tenus de présenter un formulaire à tout demandeur de réorganisation de finances. Ledit formulaire doit être rempli conjointement par le preteur et le client. Il s’agit de déterminer clairement, de manière conjointe, le besoin de réamenagement d’une part, et de présenter l’assureur proposé par le banquier d’autre part.

Le client n’est pas contraint de souscrire à cette assurance emprunteur collective. Il a la possibilité d’établir une assurance de son choix, donc individuelle. Celle-ci doit toutefois fournir des garanties au moins équivalentes à celle proposée par l’organisme prêteur.